DERNIERES ACTUS :
DERNIERES ARTICLES :
Vous êtes le ème visiteur
depuis le 23-06-2011.


Une nouvelle étude pour solutionner les problèmes de la Slack

Enregistré le 08/05/2015

Encore une étude, direz-vous peut-être ... vous n'aurez pas tout à fait tort, d'autant que le très récent classement "Natura 2000" de l'estuaire risque de limiter très sérieusement les solutions !!!

Mais conservons le positif : l'ASPCO était invitée à cette première réunion, et elle participa activement avec son président et son vice-président.

Vous pouvez compter sur votre association pour suivre attentivement le dossier et se positionner en réelle force de proposition.

Lutte contre les inondations autour de la Slack : votre avis compte !

(La Voix du Nord du 02/05/2015).

SHEERAZAD CHEKAIK-CHAILA

Avec pour objectifs de lutter contre les inondations et mieux gérer la zone, la concertation est au cœur de la nouvelle étude lancée par le Symsageb. Élus locaux, particuliers, entrepreneurs et associations, vos avis seront recueillis pour mieux comprendre le fonctionnement du bassin versant de la Slack.

Associations, particuliers, élus locaux, entrepreneurs, donnez votre avis au Symsageb. Le syndicat mixte, chargé du schéma d’aménagement et de la gestion des eaux du Boulonnais, lance une étude sur le bassin versant de la Slack, entre Ambleteuse et Wimereux et autour de Marquise et Rinxent.

« Nous voulons comprendre comment fonctionne ce bassin », pose Mickaël Lootens, ingénieur dans l’un des deux bureaux chargés de cette étude.

Lutter contre les crues

Comprendre pourquoi « il se vidange moins vite qu’avant », ajoute Francis Bouclet, président de la Terre des 2 Caps. Comprendre aussi pour définir un plan de gestion des eaux de surface dans la zone (rivières, ruisseaux, pluies) et mieux lutter contre les inondations.

Mercredi matin, une quarantaine de personnes ont assisté à la première réunion de lancement de l’étude, répondant ainsi aux « soixante-dix invitations » adressées par le Symsageb. Son président, Daniel Parenty, maire de Baincthun, insiste sur la nécessaire concertation des acteurs locaux, notamment via des questionnaires, et invite ceux qui auraient été oubliés à se manifester afin « d’associer un maximum de monde ».

Autour de la table, un membre d’une association locale des chasseurs de gibier d’eau intervient : « Je chasse et je vis ici, j’aimerais être consulté. » On lui propose de se rapprocher de Christèle Alexandre, directrice du Symsageb (lire encadré). Des techniciens de l’eau et de l’environnement travailleront sur le dossier pendant les seize prochains mois. Tous sont à votre écoute.

Participer à la concertation

Le Symsageb, installé à Saint-Léonard, porte cette étude. Les équipes de l’établissement public territorial du bassin du Boulonnais centraliseront les remarques, suggestions et questions des différents acteurs locaux implantés dans le bassin versant de la Slack.

Pour contacter le Symsageb, vous pouvez solliciter un rendez-vous en appelant au 03 91 90 33 33.

Ou adresser un courrier à l’adresse suivante : Symsageb, 5 rue de l’Église, 62 360 Saint-Léonard.

Enfin, vous pouvez contacter le symsageb par mail, à : symsageb.alexandre@orange.fr

Une étude à près de 154 000€

Urbanisation, agriculture, biodiversité... Il faudra tenir compte de nombreux enjeux lors de l’étude hydraulique du bassin versant de la Slack. Un calendrier phasé de seize mois a été retenu pour ne rien laisser au hasard.

L’étude coûtera 153 750 € hors taxes. La Région, le Département et l’Agence de l’eau Artois-Picardie cofinancent 80 % du projet. Le reste revient au Symsageb (via les contributions des intercommunalités), désigné maître d’ouvrage.

Une série de mesures a été réalisée par anticipation entre décembre et février. À partir de ces données, croisées à des études plus anciennes, les techniciens des bureaux d’études chargés du dossier devront établir un « modèle hydraulique ». Ce qui permettra à l’avenir d’améliorer la gestion des eaux et des crues dans ce bassin.


INFOS PRATIQUES :
QUESTIONS-RÉPONSES :

INFOS PRATIQUES :
QUESTIONS-RÉPONSES :
___